L'hôpital local

L’Hôtel Dieu de Pont-de-Veyle, fondé en 1332 (par donation de Pierre de Bey), était dirigé par un hospitalier, ordinairement un prêtre, nommé par le fondateur et, plus tard, par ses héritiers. Le service se faisait par quelques serviteurs. Cette maison, destinée d’abord aux passants, est devenue en 1400 une maison de charité pour secourir les pauvres de la ville, grâce à la générosité de Jean de Massé, Seigneur de Trévenet.

En 1707, une femme de tête, Marie Dancet, veuve du recteur de Salomon Hoste, assuma la direction de l’Hôpital et s’adjoignit trois compagnes, deux pour le soin des malades et une pour l’école aux petites filles. Un règlement de l’Hôpital fut rédigé en 1712, calqué sur celui de l'Hôtel Dieu de Villefranche, tenu par les Sœurs de Ste Marthe. Il fut approuvé par l’autorité épiscopale en 1718. Alors les hospitalières sont qualifiées de Sœurs avec, comme Supérieure, Marie Dancet ;en mourant cette dernière donne ses biens à l’hôpital. Lors des travaux d'humanisation de l'hôpital en 1999, l'entreprise, chargée de la démolition du bâtiment a mis à jour des pierres tombales dissimulées sous l'autel de la chapelle. Ces tombes abritaient les restes de Marie Dancé, ainsi que ceux des 5 supérieures lui ayant succédé. Ces restes ont été regroupés dans un reliquaire et réinhumés dans une chapelle du cimetière de Pont-de-Veyle. Ces anciennes sœurs disparues, on fit venir quatre religieuses de la charité de Besançon, fondation de l’Hôtel Dieu de Beaune.

En 1813, l’Hôpital de Pont-de-Veyle compte six sœurs. Ses richesses furent dilapidées pendant la révolution, mais de nombreux bienfaiteurs ont réparé le passé.

Un hospice de vieillards y a été adjoint en 1909, grâce à un secours considérable du Pari Mutuel et à une somme de 6 000 francs (914,69 euros) votée par la commune.

La pénurie de prêtres a empêché de maintenir un aumônier spécial à l’Hôpital de Pont-de-Veyle depuis le départ de Monsieur Delaigne, 1882.

La commune comptait alors trois Sœurs.Les Sœurs quittent l’Hôpital en 1949.

Aujourd'hui...

LHôpital est regroupé avec celui de Thoissey pour former le Centre Hospitalier Ain Val de Saône :

http://www.ch-avs.fr/